XIVe canton : Interview du candidat sortant.

Publié le par les nouvelles nicoises

cuturelloM. Cuturello, vous êtes candidats dans le XIVème canton de Nice, qu’est-ce qui vous distingue des autres candidats ?

 

Je suis Conseiller Général de ce canton depuis 1998, j’y suis profondément attaché. Dès mon élection j’ai ouvert une permanence dans le canton. Je connais ses habitants et leurs difficultés, j’ai toujours été à leur écoute, j’en connais aussi la richesse, la diversité et les talents. Les nouveaux candidats annoncés manifestent aujourd’hui leur intérêt tout neuf. Pourtant quand ils dirigeaient ensemble la ville, ils n’ont manifesté qu’indifférence et souvent mépris pour ce canton. Ils l’ont laissé à l’abandon. Un seul exemple, quand il s’est agi de décider du tracé de la première ligne du tramway, ils ont refusé l’évidence : qu’il vienne d’abord à l’ouest !

 

Qu’avez-vous fait en faveur du canton durant votre mandature ?

 

Je me suis battu au quotidien pour que ces habitants ne soient pas les grands oubliés des politiques municipales. J’ai défendu ses habitants qui subissent plus que d’autres les effets cumulés des politiques injustes et inefficaces du gouvernement Sarkozy-Fillon et de ses représentants locaux Estrosi-Ciotti. Je me suis opposé aux hausses successives de 15 % des impôts du Conseil Général et de la ville de Nice décidées en 2009 par Estrosi et Ciotti. Aux côtés des parents d’élèves, je me suis battu contre les fermetures de classes dans les collèges et les écoles du canton. Ensemble nous avons réussi à débloquer le dossier de la rénovation de l’école Nice-Flore dont les travaux ont enfin démarré. Aux côtés des locataires de la Cité des Moulins je me suis battu contre la hausse de 70 % des charges de chauffage en 2008, augmentation intervenue à cause de la négligence et de la mauvaise gestion de la direction de Côte d’Azur Habitat. J’ai obtenu la révision du contrat de chauffage pour qu’à l’avenir ces dysfonctionnements ne se reproduisent plus. Avec les riverains de l’avenue Grinda, j’ai réussi à débloquer le dossier de la sortie de la Voie Rapide à St Augustin, qui était resté en panne à cause du pari, finalement perdu par Christian Estrosi, de faire financer le tunnel de dégagement par ESCOTA. Trois années ont été perdues. Après plusieurs années de combat, avec les riverains de l’aéroport j’ai obtenu l’élargissement du Périmètre de Gène Sonore (PGS) ce qui leur permettra de faire financer à 80 % (et jusqu’à 95 % pour les demandes groupées) les travaux d’insonorisation de leurs logements.

 

Que pensez-vous pouvoir faire pour les habitants de canton dans l’avenir ?

 

Agir avec eux pour proposer à ce territoire un autre avenir que celui annoncé par Estrosi et Ciotti. Si on met bout à bout leurs déclarations successives, Grand Stade avec 30.000m2 de zone commerciale, extension du grand Arénas, Parc des Expositions, nouveau stade nautique, on voit se dessiner une vaste zone de quartiers d’affaires, de zones commerciales, d’axes de circulation. Un vaste carrefour au sein duquel les actuels habitants ne trouveront place qu’entre les quelques interstices disponibles, avec des nuisances encore accrues. Je propose au contraire un autre avenir, construit avec les habitants et pour les habitants. Un développement mesuré, avec de nouveaux quartiers à dimension humaine, combinant de l’habitat à faible hauteur et densité, des commerces et des services publics de proximité, des équipements publics (écoles crèches, mairies annexes) des activités non polluantes, des espaces publics, des jardins, privilégiant les modes de déplacement doux, et desservis par le tramway. Un développement à $ dimension humaine au bénéfice des actuels habitants. L’amélioration de leur qualité de vie sera comme toujours au cœur de mes préoccupations.

 

Que vous inspirent les candidatures de Mme. Estrosi-Sassone et de Jacques Peyrat ?

 

Ils sont aujourd’hui concurrents, mais ils ont un gros point commun : alors qu’ils dirigeaient ensemble la ville, Monsieur Peyrat comme Maire avec Mme Estrosi comme adjointe au logement, ont laissé le canton à l’abandon pendant plus de 10 ans. En réalité, pour la première ce canton n’est qu’un tremplin pour ses ambitions personnelles et pour le second il n’est qu’un instrument pour régler ses comptes avec le maire actuel. Des motivations bien éloignées des besoins des habitants du canton.

 

Quel est le message que vous adressez aux électeurs ?

 

Soucieux des besoins des gens, au contraire de mes adversaires qui courent après d’autres chimères, j’entends

continuer à me consacrer pleinement à la défense des intérêts de ces habitants. Continuer à agir ensemble pour que ce territoire bénéficie enfin lui aussi du développement de la ville, et cesse de n’en subir que les nuisances. Utiliser cette élection pour sanctionner la politique injuste et néfaste de Sarkozy-Estrosi-Sassone. Ignorer les opposants de circonstance comme Jacques Peyrat, qui après avoir été député puis sénateur UMP, par un retournement opportun endosse à nouveau pour l’occasion les habits des extrêmes.

 

Quel est le personnage historique niçois qui vous paraît mériter l’admiration ?

 

Le héros des deux mondes, Giuseppe Garibaldi.

Commenter cet article