Le Parti Niçois/Partit Niçois aujourd’hui

Publié le par les nouvelles nicoises

Parti_nicois_2_1Beaucoup de Niçois attendaient depuis longtemps, la formation d’une force politique purement niçoise, hors du jeu des partis français ; c’est maintenant chose faite. Le parti Niçois/Partit Nissart a été créé le 24 mars 2010, date du 150e anniversaire de la signature du traité de Turin. Dès son retour de Genève, la délégation niçoise qui, conjointement avec la délégation savoisienne, avait adressé dans la journée la Déclaration de Genève aux représentations diplomatiques des puissances signataires du Traité de Paix de 1947, Alain Roullier-Laurens et les membres de la délégation ont immédiatement fondé le parti Nissart/Partit Niçois.

 

Rappelons la journée historique que fut le 24 mars 2010. Pendant qu’à Nice et en Savoie, le parti au pouvoir rassemblait ses membres afin de célébrer le 150e anniversaire de l’annexion qui confisquait la liberté de Nice et de la Savoie, à Genève, une délégation Niçoise conduite par M. Alain Roullier-Laurens et une délégation savoisienne conduite par Jean de Pingon, arrivaient au célèbre hôtel du Lac, où des journalistes français et étrangers les attendaient. Les deux chefs de délégation donnèrent une conférence de presse, dans un salon de l’hôtel, face au célèbre lac de Genève. De même ils communiquèrent le texte officiel de la Déclaration de Genève, laquelle indiquait aux puissances concernées, que l’article 44 et alinéas suivants du Traité qu’elles avaient signé en 1947 avec la France avaient été violés ; et qu’en conséquence, l’autorité de la puissance française était illégale en Savoie et à Nice.

 

Après un déjeuner auquel participèrent des acteurs importants de la vie économique savoisienne, venus de la Savoie, toute proche, les plis furent postés aux représentations diplomatiques concernées, non loin des bâtiments de l’ONU. De même des plis furent adressés au Secrétaire Général de l’ONU, afin de l’informer de cette démarche et lui demander en conséquence, de considérer que les territoires de Nice et de la Savoie comme des pays colonisés entrant dans le cadre du processus fixé par l’ONU pour la décolonisation des peuples. Ces démarches firent couler beaucoup d’encre en Savoie et à l’étranger (mais évidemment pas à Nice, où règne un monopole de presse) ; vingt jours plus tard, ces démarches incitèrent même un député UMP à poser une Question écrite à l’Assemblée nationale au sujet de la légalité de la présence française en Savoie et par contre coup à Nice.

 

À peine revenue à Nice, la délégation niçoise, fonda le Partit Niçois/Partit Nissart, dont le but est de rassembler les Niçois, afin de constituer une force politique défendant les droits de Nice et les intérêts niçois. C’est donc en toute logique que le Parti Niçois/Partit Nissart, présente aujourd’hui des candidats aux prochaines élections cantonales. Une force typiquement niçoise, hors des partis parisiens, et non affiliée directement ou non à eux, était nécessaire à Nice, afin de représenter les nombreux niçoises et niçois qui ne se reconnaissent plus dans des partis nationaux dont les élus ont toujours pénalisé Nice, et qui souvent ne votent pour eux que contraints et forcés, faute de force politique purement niçoise. Ce nouveau parti qui est un rassemblement de Niçois, va bouleverser l’ordre établi par les partis traditionnels et il est très probable qu’à terme, il sera incontournable à Nice, ce qui d’ailleurs est parfaitement logique et conforme au souhait de beaucoup de Niçois qui ont pour devise : le pouvoir à Nice doit appartenir aux Niçois.

Commenter cet article